Auteur/autrice : admin8956

Ma flamme peut nager dans l’eau froide

Ma flamme peut nager dans l’eau froide

Couverture provisoire de Ma flamme peut nager dans l'eau froide

« Assis toi sur le bord de la fontaine, et écoute-moi… Je te le proposerai qu’une seule fois. Je serai ton égérie, je te guiderai plus haut dans l’art, je ferai de toi un artiste… » Road movie improbable, passionnel et artistique à travers le Pérou , Turin, la Galice, Paris au plus près des extravagances de la peintre Yanaikilla de Monteiro, sosie indienne d’Anna Karina.

131 p.

Disponible à l’édition.

«   Tu ne sais pas qui je suis et tu veux coucher avec moi ? Je n’ai pas envie de bagatelle française, la gaudriole comme vous dites… Je n’aime pas l’esprit étroit qu’il y a dans ce pays…  Accroché à votre baguette et à vos reliques. Vous vous croyez supérieurs avec votre culture passéiste, vous serez bientôt pareils aux Grecs, des fossiles !  J’ai appris le français pour cette mauvaise raison pourtant, mais cela ne me suffit plus. Je sens tout cela poussiéreux ! Quand on a vécu en Amérique, on s’ennuie vite ici, les Français sont tristes, toujours mélancoliques… Les hommes que j’ai aimés prennent de la cocaïne, dansent la salsa tels des dieux, roulent en décapotable ou en volent pour me faire rêver, comment vas-tu me faire rêver, toi ? Tu ris, tu ris, sais-tu que je suis ? Un enfer, crois-tu que j’en suis arrivée à créer cette peinture et m’arracher à mon pays avec un caractère de nurse ! Je ne sais même pas ton prénom. »

Lire le premier chapitre

[chevron-right]

Lire la suite

Un pastis à la soviet

Un pastis à la soviet

Couverture d'Un Pastis à la soviet

Éditeur ‏ : ‎ La Baleine (2000)
Langue ‏ : ‎ Français
Poche ‏ : ‎ 164 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2842192672
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2842192679

Disponible par internet

Dans la baie du Lacydon, les macchabées vont bientôt remplacer les sardines. Les foyers sociaux comptent leurs disparus. Malika l’éducatrice entraînera Gabriel sur la piste des assassins. Selon la devise de la ville, il ira droit au but, quitte à affronter la mafia russe à Marseille. LE POULPE est un personnage libre, curieux, contemporain. Il va fouiller, à son compte, dans les failles et les désordres apparents du quotidien à de ces petits faits divers, qui à tout instant, révèle la maladie de notre monde. Ce n’est ni un vengeur, ni le représentant d’une loi ou d’une morale, c’est un enquêteur un peu plus libertaire que d’habitude, c’est surtout un témoin.

[chevron-right]

Lire la suite

La brûlure des anges

La brûlure des anges

À la suite d’une révolte dans une maquiladora au Guatemala, Ismaël est gravement blessé, à moitié brûlé, et recherché par la mafia locale. Avec l’aide de Joaquim, un journaliste franco-guatémaltèque, il prend la fuite et se réfugie à Londres.

Dans cette ville multiculturelle et stupéfiante, où il essaie de reconstruire sa vie, il rencontre Hanadi, une jeune Pakistanaise confrontée aux intégristes. Lui mutilé, elle voilée, ils ne se reconnaissent plus dans l’image qu’ils renvoient.

Editeur :
Ombu Editions (2016),
Collection : Matière Noire.
Disponible en librairie et sur internet.

Lire le premier chapitre


Entretien avec Pascal Jourdana, pour Radio Grenouille à propos de son roman La brûlure des anges et sa nouvelle La cuidad en el desierto de los nenufares.


  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Mexique-Guatemala-198

  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • OLYMPUS DIGITAL CAMERA

  • Mexique-Guatemala-191-1

[chevron-right]

Lire la suite

La crème était presque parfaite

La crème était presque parfaite

Éditeur ‏ : ‎ Ecailler de Sud (15 février 2001)
Langue ‏ : ‎ Français
Broché ‏ : ‎ 187 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 2914264070
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2914264075
Disponible par internet

Les nuages mauves s’amassaient comme une avalanche de barbe à papa entre le Palais du Pharo et la Tour St-Jean. Assis sur le Quai des Belges, les pieds tournoyant au-dessus de l’eau, l’inspecteur Louis Lassalle doutait. Il arrivait du Gers où un homme s’était fait crucifier. L’enquête s’orientait sur un sorcier amateur de couleuvres et de chenilles, mais se poursuivait, à Marseille, par le meurtre d’une peintre, membre d’une secte. L’inspecteur Lassalle s’accrochait à la nature des crimes, à la signature du sadique, à cette bactérie qui rongeait les deux corps… Selon les spécialistes, ces parasites naissaient des déséquilibres de notre écosystème, de ces mauvaises manipulations alimentaires…

[chevron-right]

Lire la suite

Le grand rafraissement

Le grand rafraichissement

couverture provisoire du manuscrit Le grand rafraichissement

A l’origine de ce voyage à Buenos Aires, le narrateur accompagne sa compagne danseuse, Caramela, pour un spectacle. Ce sera l’occasion de  découvrir sa famille et ses amis, « sa tribu Zinzin ». « Cela te fera rajeunir de dix ans », lui promet-elle… Une immersion dans la ruche de Buenos aires avec des personnages fantasques, dont la mère poète dans sa coque de plâtre qui exige de porter une gaine, les fils La Taupe percussionniste péroniste, Marlon le chaman yuppie, le psychiatre dresseur de chiens, ou l’ami Florentino, surnommé la geisha de San Telmo… De la force brute, une incandescence vitale…

85 p.

Disponible à l’édition

« Bernardo claque la porte, pénètre sur le balcon et, les coquilles dans les bras, retourne dans la chambre. Brouhaha ! La mère l’insulte : Je veux une gaine ! La puta que te pario ! (La pute qui t’a mise au monde !) Dejame boludo …Que te pario ! …Que te pario ! Les insultes rebondissent sur les murs du patio du bâtiment, filent à la verticale, remonte étage après étage, les gémissements maternels fendent les cœurs, là-haut dans les foyers… La puta que te pario ! Dejame boludo. A moi, déjà, ça me le fendait… »
«  Noooo !! L’arbitre refusait le but.
Il y eut un galop au-dessus de nous. Le sol tremblait, le plafond se fendait. Sur une contre-attaque, les chiliens marquaient. Putos ! Putos ! La rage des voisins s’enflammait.
Le match était fini. Et ils avaient perdu…
Soudain un bruit dans la rue, une explosion, un choc contre le bitume, une chose lourde fracassée, jetée d’un étage. Je me précipitais sur le balcon. Oh ? Sur le sol, éclatée sur le trottoir, une télévision en miettes… »

Lire le premier chapitre du projet de roman

[chevron-right]

Lire la suite

1879, la Joliette

« Tu seras chiens des quais, ribots et requinquettes ! »

couverture provisoire de Croc noir, Marseille

Un roman picaresque sur les quais de Marseille. En 1879, Marseille est en pleine expansion coloniale. Mais dans les quartiers populaires, autour des ports, les souvenirs de la Commune sont tenaces et les personnages, totalement incontrôlables…

244 p.

Disponible à l’édition

« Emmitouflées sous les mantilles, les capuches en poils de chiens ou de lapins, les écharpes enroulées, crânes noués, cagoules en laines, têtes empâtées sous les casquettes, les mains gantées, enfouies, invisibles, leurs visages bourgeonnaient. Leurs bouilles brillaient, des peaux craquelées, veinées, pommées par le gel, des lèvres bleues, mauves ou pâlottes, des paupières bouffies rougies par la nuit blanche.
− Des têtes à effrayer les culs blancs, hein Toinou ? »

Lire le premier chapitre

[chevron-right]

Lire la suite

Dans le corps obscur de la nuit

Dans le corps obscur de la nuit

Journal des lointains n° 3
Collectif (Auteur), Tome 3, Paru en mai 2006. Revue (broché).
Disponible en librairie et par internet.

Etranger, oui, à jamais étranger à tout, mon voyage est étrange mais pas touristique, je ne partais faire un tour, tour de quoi, j’avais fait le tour de moi-même et le tour de ses yeux, souvent au risque d’étranger son cœur fuyant. Cet amour fatum me propulsait au Pérou et je ricochais sur la mémoire des souvenirs pour cette femme disparue.

  • Amazonie péruvienne

  • Michel Abax

    Pérou

Lire la suite

La ciudad en el desierto de los nenúfares

La ciudad en el desierto de los nenúfares

Volcán Ediciones
Autor: Michel Abax
Traducción: Natalia López
Ilustraciones: Laura Alcina – Inti Guevara

Prolongo por Nathalia Lopez

Leer el primero capitulo

La ciudad en el desierto de los nenúfares es el relato de un viaje en el que el escritor francés Michel Abax se propuso seguir las huellas del autor de Cien años de soledad y revivir la magia de su cultura. Tras el rastro del Nobel colombiano, y en medio de duras condiciones climaticas, Michel Abax logra llegar a la ciudad colonial de Mompox durante una Semana Santa. Los viajes en lancha, las procesiones, el fervor de los feligreses, la música de las orquestas y la celebración en el cementerio, le permitirán al autor reencontrarse con la sensualidad y exuberancia narradas en las páginas de Gabo y redescubrir en la vida cotidiana, en los paisajes y en los embarcaderos del río Magdalena la voluptuosidad de la Costa Caribe. »

Traduction
La ciudad en el desierto de los nenúfares (La ville dans le désert de nénuphares) est le récit d’un voyage dans lequel l’écrivain Michel Abax se propose de suivre les pas de l’auteur de Cent ans de solitude et revivre la magie de sa culture. Malgré de dures conditions climatiques, il réussit à parvenir à la ville coloniale de Mompox durant la Semaine sainte. Les voyages en pirogue, les processions, la ferveur des fidèles, la musique des orchestres et la célébration dans le cimetière permettre à l’auteur de ressentir la sensualité et l’exubérance des narrations de Gabo à travers la vie quotidienne, les paysages, la vie sur les rives du Rio del Magdalena, la volupté de la côte caraïbe.

Entretien avec Pascal Jourdana, pour Radio Grenouille à propos de son roman La brulure des anges et sa nouvelle La cuidad en el desierto de los nenufares.


La Semaine Sainte à Mompox
La ville de Mompox, créée en 1564, est reconnue patrimoine historique et architectural de l’Humanité. Elle se situe au bord du fleuve Magdalena, dans le département du Bolivar. L’adaptation cinématographique du roman Chronique d’une mort annoncée a été tournée dans les rues de Mompox. Durant la semaine sainte, les statues des Saints sont portées par les villageois à travers la ville. On y célèbre en particulier le Vendredi des Douleurs et la Sérénade aux Défunts. Les tombes y sont ornées de fleurs et les défunts accompagnés en musique jusqu´à l’aube.

  • photo2

  • P1100783

  • P1100782

  • P1100777

  • P1100776-1

  • P1100765

  • P1100763

  • P1100762

  • P1100761

  • mompoxvuedelapirogue2

  • mompox-cimetierre

  • Mompox

  • 20110420_0185

  • 20110420_0177

  • 20110414_0352

  • 20110414_0328

[chevron-right]

Lire la suite