Ma flamme peut nager dans l’eau froide

Couverture provisoire de Ma flamme peut nager dans l'eau froide

« Assis toi sur le bord de la fontaine, et écoute-moi… Je te le proposerai qu’une seule fois. Je serai ton égérie, je te guiderai plus haut dans l’art, je ferai de toi un artiste… » Road movie improbable, passionnel et artistique à travers le Pérou , Turin, la Galice, Paris au plus près des extravagances de la peintre Yanaikilla de Monteiro, sosie indienne d’Anna Karina.

131 p.


Disponible à l’édition.

«   Tu ne sais pas qui je suis et tu veux coucher avec moi ? Je n’ai pas envie de bagatelle française, la gaudriole comme vous dites… Je n’aime pas l’esprit étroit qu’il y a dans ce pays…  Accroché à votre baguette et à vos reliques. Vous vous croyez supérieurs avec votre culture passéiste, vous serez bientôt pareils aux Grecs, des fossiles !  J’ai appris le français pour cette mauvaise raison pourtant, mais cela ne me suffit plus. Je sens tout cela poussiéreux ! Quand on a vécu en Amérique, on s’ennuie vite ici, les Français sont tristes, toujours mélancoliques… Les hommes que j’ai aimés prennent de la cocaïne, dansent la salsa tels des dieux, roulent en décapotable ou en volent pour me faire rêver, comment vas-tu me faire rêver, toi ? Tu ris, tu ris, sais-tu que je suis ? Un enfer, crois-tu que j’en suis arrivée à créer cette peinture et m’arracher à mon pays avec un caractère de nurse ! Je ne sais même pas ton prénom. »

Lire le premier chapitre